Sur le marché de la trottinette, de la moto et du scooter électrique français, les formulations “fabriqué en France”,  “constructeur français” ou “savoir-faire français” ont commencé à apparaître en 2018. Aujourd’hui, elle est plus que répandue. Sur les moteurs de recherche et dans la presse spécialisée ou généraliste, on trouve de très nombreuses références laissant à penser que les véhicules qui nous sont tous proposés sortent d’une usine française et sont fabriqués par des ouvriers français. Disons le tout net : la réalité est bien différente de celle-là.

Un porte conteneur voguant vers la France

Au sommaire

Un constructeur français de scooter électrique, vraiment ?

Partout dans l’hexagone et dans les outre-mer, il n’est pas possible de trouver un scooter ou une moto électrique ayant été imaginé, conçu et fabriqué en France. Dire le contraire pourrait relever de la publicité mensongère : “constructeur français” est dans tous les cas d’un marketing douteux.

L’intégralité des trottinettes, motos et scooters électriques sont fabriqués en Chine

Dans les faits, les choses sont bien plus complexes. De la part de certaines marques se réclamant comme constructeur français ou pas, il existe parfois une véritable volonté de rapatrier au maximum les outils de production en Europe ou en France. Mais à l’heure actuelle, votre scooter électrique est fabriqué en Chine, et les différents composants dont il est fait viennent des quatre coins du monde. Exactement comme avec un smartphone ou un barbecue. Par exemple, si vous trouvez quelque part une mention « batterie française » : méfiance. Les cellules qui la compose, y compris de la part des grandes marques telles LG ou Samsung, sont fabriquées en Chine.

Une chaine d'assemblage de scooter électrique 3 roues en Chine

Les scooters électriques sont fabriqués à l’autre bout du monde

Nous n’allons pas nous étendre sur les différents aspects négatifs de produire les outils, appareils, et véhicules à l’autre bout du monde pour les utiliser dans notre quotidien. Ceci relève de l’univers politique ou économique et ne concerne donc pas notre domaine d’expertise et notre sujet du scooter électrique venant d’un “constructeur français”. On peut toutefois se questionner librement sur l’aspect écologique du transport des véhicules par conteneurs depuis l’Asie, des conditions de travail dans les mines de la République démocratique du Congo ou du lithium en Amérique du Sud. Tout ceci relève également de choix politico-économique et n’est pas notre sujet ici.

Constructeur français : une négation de la réalité

Mais pour répondre à la simple question du transport, de la qualité de vie des travailleurs de l’ensemble de la chaîne de production, il apparaît évident que cette situation n’est actuellement pas la meilleure. En outre, affirmer qu’un scooter électrique provient d’un constructeur français alors qu’il ne l’est pas revient à nier la réalité de la production et donc mettre “sous le tapis” l’ensemble de ces questions. C’est aussi nier la qualification et le savoir-faire des travailleurs étrangers toutes catégories confondues : ouvriers, ingénieurs, etc. Cependant, issue de la filière industrielle et non artisanale, chaque étape est bien évidemment réalisée dans les règles et dans le respect des lois des différents pays.

Pourquoi ne pas construire de scooter électrique en France ?

Pour bien cerner le mode de production actuel des scooters et motos électriques, il convient également d’en énumérer ses aspects positifs. Pourquoi aucun constructeur français ne peut affirmer être 100% français sans mentir ? La première raison est que si notre industrie décidait de construire quasi intégralement un scooter électrique en France, le prix au public serait multiplié par deux. Par exemple, notre Frison T5000 coûterait aux alentours de 10 000 €, toutes taxes comprises. Mais le prix est loin d’être la seule problématique. Les industriels chinois œuvrent et travaillent depuis près de 20 ans sur le sujet. Ils disposent d’un savoir-faire unique et sont quasiment les seuls aujourd’hui à être capables de produire des véhicules de qualité, fiables, tout en innovant constamment. Les différentes usines et sociétés sont matures, certaines sont cotées en bourse et n’auraient aucunement à pâlir devant les géants du Web tels que Apple, Amazon ou Facebook. L’exemple le plus marquant est celui de Yadea, leader mondial chinois avec plus de 20 millions de véhicules électriques fabriqués et vendus à travers le monde en 2023.

Scooter électrique « Made in France » : une affaire de communication

Nous le savons tous, la publicité est une affaire de bon mot. Ce début de 21e siècle est tourmenté et il est dorénavant de bon ton de promouvoir ses produits comme étant fabriqués en France, même si cela n’est pas le cas. Les médias en parlent régulièrement. On crée des labels, des certifications, etc. Pour le consommateur : c’est la jungle. Comment s’y retrouver ? La réponse est simple, comme nous l’avons écrit au-dessus, il n’existe pas de véritable constructeur français de moto et scooter électrique. Il n’est pas rare de trouver des marques vantant une fabrication française nébuleuse et proposant des véhicules plus chers que les véhicules de leurs concurrents. Alors qu’en réalité, leurs produits sont quasiment identiques et fabriqués pour ainsi dire au même endroit.

Fabrication, assemblage, constructeur : quelle différence ?

Sans vouloir entrer dans les différentes définitions données par le Larousse, un fabricant est une entreprise qui fabrique et vend des produits. Un constructeur est une entreprise qui construit ou qui bâtit. Vous le savez, ces deux mots sont synonymes. En aucune façon la majorité des entreprises se réclamant d’être “constructeur français” ne le sont réellement. Dans la réalité et au mieux, les différents composants proviennent d’un peu partout dans le monde et sont en partie assemblés en France. Ce cas-là est le plus rare. Le cas le plus répandu est celui-ci : via des transitaires chinois installés notamment à Hong Kong, l’écrasante majorité commande des conteneurs de véhicules aucunement fabriqués, imaginés ou dessinés par leurs soins. Ils apposent ensuite leurs logos via des autocollants, posent les rétroviseurs, gonflent les pneus, et “voilà”. On parlerait alors ici d’assemblage. Enfin, se pose également la question du service après vente : importer un scooter électrique est une chose, en assurer la maintenance et le stock de pièces détachées allant avec est une autre affaire, et un tout autre métier.

Un chariot élévateur transportant des caisses destiné à un constructeur français

Frison Scooter est-il un constructeur français ?

Frison Scooter dispose d’une équipe de designer, de concepteur et de testeur en France, près de Paris. Nous réalisons quotidiennement des essais de nos véhicules et cherchons continuellement à les améliorer. En 2023, nous avons notamment décidé d’ajouter l’ABS au Frison T5000. Cette même année, nous avons décidé d’augmenter la capacité de la batterie de notre Frison T3000. En 2022, l’ABS fut également ajouté au Frison 3RS+. Tout ceci, afin de chercher à correspondre aux demandes de nos clients et des utilisateurs de nos scooters électriques. Nos différentes usines sont en Chine. Celles-ci nous approvisionnent constamment de véhicules neufs et de pièces détachées. Sur place, nous avons également une branche chinoise qui nous permet de vérifier la qualité des véhicules et des pièces, via des responsables qualité. Le transport s’effectue naturellement par conteneur et l’assemblage final (décaissement, montage des rétroviseurs, des accessoires, gonflage des pneus, essais approfondis, et contrôle qualité final, etc.) est réalisé en France, dans les Yvelines. S’il nous fallait répondre à la question de savoir si nous sommes un constructeur français de scooter électrique, voici notre réponse : tout est décidé en France, dans une large coopération avec nos partenaires chinois. Mais nous ne sommes pas Motobecane, MGC ou Manon. Nous sommes plus proches d’un concepteur et d’un importateur que d’un constructeur, bien que dans notre cas, la frontière est très mince.

Des partenariats avec de grandes marques chinoises

En France, sans en être « le constructeur », Frison est également partenaire avec de grandes marques chinoises. Notre partenaire le plus récent est Yadea, puis Felo, qui construit notamment un scooter électrique de course homologué.

Des véhicules durables ?

Nos véhicules sont faits pour durer : Frison est capable de “tout” réparer et peut participer au recyclage obligatoire des batteries. Certains de nos clients accumulent plus de 30 000 kilomètres avec leurs scooters électriques… Et, ceux qui écrivent ces lignes en font également partie.

Télécharger le communiqué de presse.

Published On: 29 mai 2024

Notre autres articles

  • Un homme en train de jongler avec des cubes BONUS

    L’achat d'un véhicule électrique est un bon investissement pour les personnes souhaitant se déplacer plus confortablement en ville tout en réalisant de larges économies de carburant. Mais, le prix du véhicule

  • Un Nerva Exe garé dans la rue

    Se positionnant dans la catégorie des maxiscooters, le Nerva Exe est arrivé sur le marché français au début de l’année 2023. Il affiche une autonomie maximale de 150 kilomètres et

  • Un Niu MQi GT noir avec son dosseret sur un pont

    Depuis maintenant plusieurs années, la marque Niu est largement connue sur le marché européen. Elle propose des deux roues urbains et périurbains connectés et modernes. Le modèle Niu MQi GT